L’Apothéose d’Arlequin. La Comédie-Italienne de Paris : un théâtre de l’expérimentation dramatique au XVIIIe siècle par E. De Luca et A. Fabiano 

Parution de L’Apothéose d’Arlequin. La Comédie-Italienne de Paris : un théâtre de l’expérimentation dramatique au XVIIIe siècle, dirigé par E. De Luca et A. Fabiano, Paris, SUP – Sorbonne Université Presses, coll. « e-Theatrum Mundi », 2023, 529 p. 

Le volume complet est en open acces sur le site de SUP, dont voici le lien :

https://sup.sorbonne-universite.fr/catalogue/civilisations-cultures-litteratures-etrangeres/e-theatrum-mundi/lapotheose-darlequin

Présentation de l’ouvrage

Fondée par des comédiens italiens sous le règne de Louis XIV et réouverte en 1716, sous la Régence, après une absence de dix-neuf ans, la Comédie-Italienne de Paris représente un cas unique dans le système rigide des théâtres parisiens sous l’Ancien Régime. Par rapport à la Comédie-Française et à l’Académie royale de musique, la Comédie-Italienne est un théâtre officiel, subventionné et protégé par le roi, mais dépourvu d’un privilège théâtral. Cette ambiguïté, loin de la contraindre, lui donne au contraire une liberté inattendue, liberté de sortir des règles classiques et d’occuper les espaces dramaturgiques laissés vides par les autres salles, prisonnières du cadre des monopoles. La Comédie-Italienne devient ainsi, à la fin du XVIIe siècle, mais surtout au cours du XVIIIe, le lieu le plus important de l’expérimentation théâtrale à Paris. À côté du répertoire italien à canevas, les Italiens proposent aussi des comédies françaises, de nouveaux genres et de nouvelles formes dramatiques, tels que la parodie, la comédie en vaudevilles, le ballet pantomime et la comédie mêlée d’ariettes. La Comédie-Italienne s’ouvre ainsi à la musique, à la danse, au chant, tout en gardant l’improvisation comme méthode de composition du répertoire italien et en privilégiant l’aspect visuel et spectaculaire de la production théâtrale. Elle propose, par ailleurs, un véritable terrain de discussion sur les théories du jeu d’acteur émergentes, celles qui se libèrent enfin des mailles de l’oratoire et de la poétique théâtrale et qui transposent sur un plan théorique les caractéristiques propres du jeu italien vis-à-vis du jeu français.

Le présent volume est l’aboutissement d’un long parcours de recherche pluriannuel sur la présence des Italiens à Paris. L’approche interdisciplinaire et pluridisciplinaire des contributions permet de mieux appréhender les éléments administratifs du théâtre, les liens avec la politique culturelle française et l’apport des comédiens, des dramaturges et des musiciens italiens et français de la Comédie-Italienne. Celle-ci est envisagée ainsi dans son ensemble, en tant que théâtre binational pluri-spectaculaire, redevable d’un système précis de fonctionnement artistique, corporatif et artisanal : la commedia dell’arte comme production spectaculaire propre au théâtre professionnel italien qui englobe des champs performatifs extrêmement variés en suivant le goût du public pour les nouveautés et en dialoguant avec la tradition théâtrale française. De Riccoboni à Veronese, de Marivaux à Goldoni, de Favart à Piis, de Duni à Grétry, de Lelio le fils à Diderot, le volume trace le cheminement unique de la Comédie-Italienne dans le paysage de la création théâtrale d’Ancien Régime.



Citer ce billet
luciadellafontana (2024, 19 janvier). L’Apothéose d’Arlequin. La Comédie-Italienne de Paris : un théâtre de l’expérimentation dramatique au XVIIIe siècle par E. De Luca et A. Fabiano . ELCI | Équipe littérature et culture italiennes. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmpe

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search