Disparition de Franco Fido

Notre collègue et ami Franco Fido s’est éteint au matin du mardi 23 juin dernier à Longué-Jumelles, dans la vallée de la Loire, où il s’était retiré en 2009 avec son épouse, Josie. Il avait été formé entre 1949 et 1953 à la Faculté des Lettres et à l’École Normale de Pise, en suivant notamment l’enseignement de Luigi Russo. Commence alors pour lui une brillante carrière d’enseignant-chercheur en Histoire de la littérature et du théâtre, partagée entre les États-Unis et la France. Sa carrière américaine débute en Californie, à Berkeley (1958-1961), puis se prolonge à la Brown University de Providence (Rhode Island) et à Stanford (chaire Rosina Pierotti de Littérature italienne) entre 1969 et 1990, année où il obtient le poste de professeur en Langue et Littérature romanes à l’Université de Harvard qu’il occupe jusqu’à sa retraite en 2005. C’est en France toutefois, suivant en cela le chemin ouvert par Mario Baratto, qu’il fait, dès 1954, ses premières armes d’enseignant, d’abord à la Faculté des Lettres de l’Université de Dijon (1954-1958), puis à l’Université de Grenoble, au Département d’Études italiennes, entre 1961 et 1963. Il revient encore vers la France en 1989, pour enseigner au Département de Littératures comparées de l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg, à l’invitation de Ginette Herry.

Né à Venise en 1931, il parlait couramment le vénitien, il se faisait volontiers le guide dynamique de ses amis et collègues pour les conduire à travers les calli et les rii de la cité des Doges, il pratiquait avec passion l’art de la pêche dans la lagune comme aux États-Unis dans sa petite maison près de l’océan, au Sud de Boston, et il était, par sa mère, Maria, musicienne et artiste, le neveu de l’un des plus grands acteurs ‘goldoniens’ du XXe siècle, Cesco Baseggio, qui transportait le public vénitien en réinventant sur scène les pièces du dramaturge. Il n’est donc guère étonnant que l’abondante littérature critique qu’il a produite tout au long de sa carrière internationale soit centrée essentiellement – quoique non exclusivement – sur l’œuvre de Carlo Goldoni, auquel il avait à Pise consacré sa thèse de doctorat, et sur l’histoire du théâtre italien du XVIIIe siècle. Franco Fido était un homme du livre et des bibliothèques, passionné par la recherche d’archives, interprète scrupuleux des textes dans leur contexte historique et social. Ses écrits couvrent en réalité plus de sept siècles de littérature italienne, de Boccace à Pirandello. Mais la Guida a Goldoni (1977), revue et rééditée en 2000 sous le titre Nuova Guida a Goldoni, ainsi que le volume Da Venezia all’Europa. Prospettive sull’ultimo Goldoni, 1984 pour ne citer que ces seuls titres d’une bibliographie imposante autant que fondamentale, couronnée par de nombreux prix -, restent et resteront pour les goldonistes et plus généralement pour les historiens du théâtre, une mine inépuisable de réflexions et de suggestions interprétatives d’une rare finesse. En France, il avait activement travaillé aux célébrations du Bicentenaire de la naissance de Goldoni, en 1993-1995, il avait participé aux nombreux colloques organisés dans tout l’hexagone à cette occasion par l’Association Goldoni Européen, à Paris, Grenoble, Aix-en-Provence, Strasbourg, et il avait lui-même promu à Harvard et à Brown un symposium international sur « Carlo Goldoni on a European Stage » en décembre 1993. Il avait enfin participé avec enthousiasme en 2007 au colloque du tricentenaire de la naissance de Goldoni «Carlo Goldoni et la France : un dialogue dramaturgique de la modernité» organisé en Sorbonne par ELCI. Il est l’un des premiers, avec Jacques Joly, à avoir insisté sur l’importance des œuvres dites ‘mineures’ de Goldoni, les libretti et les scenari, notamment ceux des Années françaises (Le inquietudini di Goldoni, Saggi e lettere, 1995) : l’éditeur vénitien Marsilio lui a d’ailleurs confié l’édition critique du livret Il Quartiere fortunato parmi d’autres contributions à l’Édition Nationale des œuvres de Goldoni.

Le théâtre où Franco Fido a ainsi déployé son action décisive d’analyse et d’écriture était donc « la scène du monde », comme le montre le titre d’un volume d’hommage paru en 2006 chez Longo, La scena del mondo. Studi sul teatro per Franco Fido, dirigé par L. Pertile, R.A. Syska- Lamparska et A. Oldcorne. Mais ce que nous voulons retenir surtout de Franco Fido, outre l’attachement qu’il avait manifesté pour la France, c’est son énergie, son sens de l’hospitalité, sa cordialité et sa conversation stimulante, qui faisaient de lui un véritable homme des Lumières.

Lucie Comparini, Françoise Decroisette, Ginette Herry

                                                                                              Association Goldoni-en-France


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search