La présence de la littérature italienne dans le Mercure de France (1890-1918)

Très largement répandu en Europe, très ouvert aux littératures et aux cultures étrangères, le Mercure de France a joué, du moins jusqu’à la Première Guerre mondiale, un rôle majeur dans la culture européenne. L’autorité de cette revue parisienne, dirigée, pendant plus de quarante ans par Alfred Vallette, était unanimement reconnue. Elle était tenue en Italie pour la tribune étrangère la plus prestigieuse, dont les jugements avaient une incidence considérable sur la vie culturelle du pays.

ELCI développe depuis la création du Labex Obvil ce projet de recherche, dirigé par Davide Luglio.

Le but est de constituer une base de données avec tous les articles, études, chroniques etc. qui traitent de la littérature et des arts italiens ou qui y font référence. L’intérêt d’une exploration capillaire et systématique de la présence de la littérature italienne (y compris dans ses rapports avec les autres arts) dans le Mercure de France est manifeste. Au-delà d’une foule de micro-renseignements précieux pour les chercheurs, elle permet de mesurer l’évolution du dialogue entre la France et l’Italie au fil des années, d’apprécier les modalités de réception de la culture italienne propres au Mercure, et de mettre au jour les critères qui ont présidé à la constitution du canon littéraire italien des deux côtés des Alpes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *