Philippe Simon, compte rendu de « Forme e occasioni dell’encomio tra Cinque e Seicento. Formes et occasions de la louange entre XVIème et XVIIème siècle, a cura di D. Boillet e L. Grassi »

encomio

Philippe Simon, compte rendu de

Forme e occasioni dell’encomio tra Cinque e Seicento. Formes et occasions de la louange entre XVIème et XVIIème siècle, a cura di D. Boillet e L. Grassi, Pacini Fazzi, Lucca, 2011, 396 p., 22 Euros

Ce volume est le résultat le plus récent de la fructueuse collaboration entre l’Ecole Normale Supérieure de Pise et l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle déjà marquée, entre autres initiatives, par des publications sur l’Arioste (dans la revue Italianisitica XXXVII 2008/3) et sur le poème chevaleresque (Espaces chevaleresques et héroïques de Boiardo au Tasse, CIRRI, 2008).

Il est composé d’un ensemble de communications présentées lors d’un colloque tenu à Pise en 2007 et consacré à l’éloge. Le spectre des recherches est très large puisqu’il explore l’espace italien, surtout, mais aussi espagnol et même portugais, en gros de la fin du XVIe à la fin du XVIIe à un moment où se fait débordante l’expression obséquieuse des liens de dépendance socio-culturelle.

Sont ainsi pris en considération la codification des genres et des formes de l’éloge chez le Tasse dans la contribution de M. Residori ou chez le père E. Tesauro (A. Benassi), la nature des éloges dynastiques à travers l’analyse d’une biographie italo-espagnole de Charles Quint (N. Peyrebonne), d’éloges funèbres de Philippe II d’Espagne (P. Civil) ou de la célébration des Médicis de 1576 à 1621 (C. Menchini).

Est aussi abordée la façon dont certains auteurs, en glorifiant les grands de ce monde, tissent également leur propre éloge, cas de l’écrivain, opérateur culturel et homme politique vénitien G.F. Loredano (L. Spera).

Enfin est illustrée la célébration non plus d’individus ou de grands événements mais d’éléments et de faits culturels : ainsi M. Lupetti analyse la “défense et illustration” d’une langue, en l’occurrence le portugais, dans Corte na aldeia, de F. Rodrigues Lobo, et N. Michelassi étudie, dans deux recueils d’éloges des années 1640, la célébration du nouveau genre du mélodrame et de ses “divas” à  Venise.

Encore ne s’agit-il là que de quelques exemples des pistes explorées dans ce passionnant voyage dans le genre de l’éloge, souvent trop rapidement défini comme banal et répétitif, dont on découvre ici, au contraire, toute la diversité et la richesse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *