Disparition de Jean-Michel Gardair

Jean-Michel Gardair est mort cet été, il nous a quitté discrètement, presque secrètement, et comme depuis quelque temps déjà, il nous manque.

Il vivait en deux langues sa double appartenance, à l’Italie et à la France entre lesquelles il partageait son temps. Des deux côtés des Alpes, étudiants, collègues et amis, tous l’aimaient pour son esprit éclectique, son intelligence subtile, sa rigueur, sa curiosité et sa grande courtoisie.

Il avait été l’ami de Georges Dumézil et de Roland Barthes, et sa personnalité d’intellectuel érudit et atypique a enrichi l’italianisme français d’une présence originale et singulière, une présence qui habite l’ensemble de sa production littéraire : les romans de sa jeunesse, ses nombreuses traductions – la très belle Jérusalem délivrée du Tasse – les innombrables préfaces dont il avait le secret, et enfin ses œuvres critiques, sous le signe du double pour les plus connues, Pirandello : Fantasmes et logique du double (Paris, Larousse, 1971) et Narciso e il suo doppio (Roma, Bulzoni, 1996) sur La nuova gioventù de Pasolini.

Il ne semble rien rester, malheureusement, des patientes et passionnantes recherches qui l’avaient occupé les dernières années de sa carrière, sur la vie des intellectuels pendant le fascisme.

Jean-Michel Gardair est mort le 6 août, et comme depuis quelque temps déjà, il nous manque.

Isabelle Lavergne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *