Archives du mot-clé Emanuele de Luca

Communications d’Emanuele De Luca, Silvia Spanu Fremder et Andrea Fabiano au séminaire Corps à corps. Récits de théâtre italien. Séminaire bilingue sur la traduction et la réception du spectacle vivant italien à l’étranger

Sans titre

Corps à corps. Récits de théâtre italien

Séminaire bilingue sur la traduction et la réception du spectacle vivant italien à l’étranger

réalisé en partenariat avec l’Institut Culturel Italien de Paris et la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (MSHPN)

du 20 novembre 2013 au 4 juin 2014

Institut Culturel Italien de Paris – Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord

17h-18h.30

Organisation: Arianna Berenice De Sanctis, Emanuele De Luca, Gabriele Sofia, Vincenzo Mazza

Programme

Communications d’Andrea Fabiano et d’Emanuele De Luca, au colloque international “Ah, les Italiens ! Forme e artisti dello spettacolo tra Toscana e Francia. Incroci, analogie, differenze.” Florence, 11-12 avril

11-12 aprile 2013 :
Teatro della Pergola (Firenze), Ah, les Italiens ! 
Interventi di Françoise Decroisette, Jérôme de la Gorce, Emanuele De Luca, Andrea Fabiano, Siro Ferrone, Renzo Guardenti, Sara Mamone, Teresa Megale, Sergio Monaldini, Marzia Pieri, Gérard Sabatier, Anne Surgers (referenti Renzo Guardenti, Sara Mamone, Marzia Pieri)
12 aprile 2013 :
Teatro della Pergola, ore 17. Il libro di Molière : riflessione intorno alla nuova edizione delle Oeuvres complètes a cura di Georges Forestier (Paris, Gallimard, 2010). 
Tavola rotonda con Georges Forestier, Marco Lombardi e Siro Ferrone. Coordina Renzo Guardenti (referente Siro Ferrone)

Le portail dédié au corpus idées du théâtre (IDT) est ouvert : les premiers textes sont disponibles

Le projet IDT propose une réflexion sur les textes liminaires placés en tête des pièces françaises, italiennes et espagnoles des XVIe et XVIIe siècles — préfaces, dédicaces, etc.  — susceptibles de mettre en évidence la construction et la circulation des « idées du théâtre » en Europe, de la Renaissance à l’âge classique.  Les textes retenus peuvent donc aussi bien présenter des réflexions morales et philosophiques sur l’expression théâtrale, que des considérations plus techniques sur la poétique des pièces, la rhétorique dramatique ou les conditions de la représentation. Certains se font aussi l’écho des innombrables querelles esthétiques qui animent la vie théâtrale de l’époque, ou de querelles plus personnelles, à l’heure où le théâtre se professionnalise, entre l’auteur dramatique et ses collaborateurs – comédiens, décorateurs, éditeurs – ou son public.

Articulant recherche et édition, le projet vise à décloisonner la réflexion sur le théâtre grâce à l’approche pluridisciplinaire d’un corpus tri-national. Il vise également à offrir l’accès libre et gratuit, à destination de la communauté scientifique et des étudiants, à un vaste ensemble de textes jusqu’alors dispersés et souvent difficiles d’accès, grâce au concours de deux grandes institutions : la Bibliothèque Nationale de France et la Biblioteca Nacional de España.

Le corpus est accessible à la page : http://www.idt.paris-sorbonne.fr/corpus/

Lucie Comparini, Emanuele De Luca, Silvia Spanu Fremder, membres de l’équipe ELCI, sont éditeurs pour l’équipe italianiste au sein du projet ANR Idées du théâtre

source : http://www.idt.paris-sorbonne.fr/

Vient de paraître : “L’Opéra de Paris, la Comédie-Française et l’Opéra-Comique (1669-2010): approches comparées”

 

      Sous l’Ancien Régime, le système théâtral est à l’image de toute la structure sociale, fortement hiérarchisé. L’Opéra, qui jouit du statut d’académie dès son origine, y occupe la première place. La Comédie-Française vient en second : elle est constituée par la troupe des « Comédiens ordinaires du roi », titre attribué également, à la mort du Régent Philippe d’Orléans, à la troupe de la Comé­die-Italienne (Opéra-Comique par la suite), qui forme le troisième théâtre privilégié. Si l’édifice privilégié s’effondre à la Révolution française, les trois théâtres continuent à jouer un rôle prépon­dérant dans la capitale et à entretenir des relations ambigües, entre complémentarité et rivalité.

      À la croisée de deux domaines de recherche trop souvent séparés, l’histoire institutionnelle et l’histoire des œuvres, cet ouvrage se propose de susciter une réflexion collective sur l’histoire administrative et artistique des trois théâtres parisiens. Avec l’espoir que, de la confrontation et la comparaison des données sur le temps long, ressorte une vision d’ensemble de la manière dont ces trois institutions théâtrales majeures dans le paysage culturel français ont conçu au fil des siècles leurs stratégies entrepreneuriales et artistiques, en rapport les unes aux autres.

Sommaire :

Sabine Chaouche, Denis Herlin et Solveig Serre, Introduction. — Jérôme de La Gorce, L’Académie royale de musique et la Comédie-Italienne sous le règne de Louis XIV : deux entreprises de spectacle en rivalité ? — Sabine Chaouche, L’implantation des théâtres privilégiés à Paris : locus belli, locus otii, locus negotii. Silvia Spanu-Fremder, Un théâtre d’acteurs dans un théâtre du roy : institutionnalisation et conservation de la dramaturgie des Italiens à la Comédie- Italienne. — Mark Darlow, L’effritement du privilège théâtral : les débats de 1789-1790. — Pauline Lemaigre-Gaffier, Représentation théâtrale et cérémonial royal : les spectacles de cour des théâtres privilégiés à l’époque des Lumières. — Alessandro Di Profio, Le Théâtre-Lyrique : le périmètre des salles d’opéra à Paris sous le Second Empire. — Agathe Sanjuan, Patrimoine des théâtres. — Emmanuel Pedler, Les processus d’institutionnalisation des scènes lyriques : quelques questions sociologiques. — Maud Pouradier, Opéra, Comédie-Française et Opéra-Comique : entre co-répertoires et contre-répertoires. — William Weber, The Opéra and Opéra-Comique in the nineteenth century : tracing the age of repertoire. — Damien Colas, Le petit opéra à l’Académie au xixe siècle : quelques considérations d’ordre terminologique. — Jean-Christophe Branger, Quand on déclame sur la scène de l’Opéra : du Freischütz (1841) de Weber et Berlioz à Bacchus (1909) de Massenet. — Claire Paolacci, Le répertoire de l’Opéra et de l’Opéra-Comique entre 1915 et 1945 : concurrence ou complémentarité ? — Cécile Auzolle, La création lyrique à la RTLN (1936-1972). — Emanuele De Luca, La circulation des acteurs italiens et des genres dramatiques dans la première moitié du XVIIIe siècle. — Françoise Rubellin, Écrire pour tous les théâtres : le cas singulier de Louis Fuzelier. — Françoise Dartois-Lapeyre, Danser à l’Académie royale de musique et à la Comédie-Française au XVIIIe siècle. — Gillian Opstad, Georgette Leblanc, singer, actress, « femme extraordinaire ». — Benjamin Pintiaux, L’abbé Pellegrin et les lieux du chant : esquisse d’une géographie des spectacles lyriques parisiens au XVIIIe siècle. — Jean-Claude Yon, Scribe, « Trois fois chez lui ». — Jacqueline Razgonnikoff, Triple coopé­ration au XXe siècle : quand l’Opéra et l’Opéra-comique font danser et chanter la Comédie-Fran­çaise. — Laura Naudeix, Atys, une production sans traditions. — Michela Niccolai, Albert Carré directeur : de l’Opéra-Comique à la Comédie-Française (1898-1915). — Jérôme Pesqué, Figaro-ci et Figaro-là pour le bicentenaire de la Révolution. — Jean-Louis Martinoty, entretien avec Emmanuelle et Jérôme Pesqué. — Jean-Marie Villégier, entretien avec Emmanuelle et Jérôme Pesqué. — William Christie, entretien avec Jérôme Pesqué.