Archives du mot-clé Comédie-Italienne

Antonio Collalto, Les Trois jumeaux vénitiens, éd. par Silvia Spanu Fremder

couv collalto

Parution de l’édition de Silvia Spanu Fremder de Les Trois jumeaux vénitiens d’Antonio Collalto, dans la collection numérique « Les savoirs des acteurs italiens » de l’IRPMF (Institut de recherche sur le patrimoine musical en France).

Le volume est disponible à l’adresse suivante : http://www.irpmf.cnrs.fr/IMG/pdf/antonio_collalto-trois_jumeaux_1_.pdf 

Le volume procure l’édition scientifique de Les Trois jumeaux vénitiens, canevas en 4 actes du comédien et auteur italien Antonio Collalto (Pantalon), représenté pour la première fois le 7 décembre 1773 à la Comédie-Italienne de Paris, et propose le programme de salle, diffusé lors de la représentation donnée à Versailles, le 31 décembre 1773, ainsi que l’édition de 1777, qui est mise en dialogues et précédée de trois textes liminaires : une Épitre, un Avertissement et une Préface. Encensés par la presse, maintes fois repris, tant aimés du public, Les Trois jumeaux vénitiens sont le dernier grand succès des comédiens italiens à Paris et, en même temps, un objet singulier, qui hybride la tradition et les savoirs des comédiens dell’Arte avec la stratégie d’un texte dramatique écrit.

Silvia Spanu Fremder est docteur en études italiennes (thèse soutenue en 2010, consacrée au répertoire italien de la Comédie-Italienne), membre de l’Équipe littérature et culture italiennes (ELCI-EA 1496) et du PRITEPS (Programme de recherches interdisciplinaires sur le théâtre et les pratiques scéniques) de l’Université Paris-Sorbonne. Ses recherches portent sur le théâtre italien en France au XVIIe et au XVIIIe siècle et particulièrement sur les transferts dramaturgiques entre France et Italie.

Vient de paraître : “L’Opéra de Paris, la Comédie-Française et l’Opéra-Comique (1669-2010): approches comparées”

 

      Sous l’Ancien Régime, le système théâtral est à l’image de toute la structure sociale, fortement hiérarchisé. L’Opéra, qui jouit du statut d’académie dès son origine, y occupe la première place. La Comédie-Française vient en second : elle est constituée par la troupe des « Comédiens ordinaires du roi », titre attribué également, à la mort du Régent Philippe d’Orléans, à la troupe de la Comé­die-Italienne (Opéra-Comique par la suite), qui forme le troisième théâtre privilégié. Si l’édifice privilégié s’effondre à la Révolution française, les trois théâtres continuent à jouer un rôle prépon­dérant dans la capitale et à entretenir des relations ambigües, entre complémentarité et rivalité.

      À la croisée de deux domaines de recherche trop souvent séparés, l’histoire institutionnelle et l’histoire des œuvres, cet ouvrage se propose de susciter une réflexion collective sur l’histoire administrative et artistique des trois théâtres parisiens. Avec l’espoir que, de la confrontation et la comparaison des données sur le temps long, ressorte une vision d’ensemble de la manière dont ces trois institutions théâtrales majeures dans le paysage culturel français ont conçu au fil des siècles leurs stratégies entrepreneuriales et artistiques, en rapport les unes aux autres.

Sommaire :

Sabine Chaouche, Denis Herlin et Solveig Serre, Introduction. — Jérôme de La Gorce, L’Académie royale de musique et la Comédie-Italienne sous le règne de Louis XIV : deux entreprises de spectacle en rivalité ? — Sabine Chaouche, L’implantation des théâtres privilégiés à Paris : locus belli, locus otii, locus negotii. Silvia Spanu-Fremder, Un théâtre d’acteurs dans un théâtre du roy : institutionnalisation et conservation de la dramaturgie des Italiens à la Comédie- Italienne. — Mark Darlow, L’effritement du privilège théâtral : les débats de 1789-1790. — Pauline Lemaigre-Gaffier, Représentation théâtrale et cérémonial royal : les spectacles de cour des théâtres privilégiés à l’époque des Lumières. — Alessandro Di Profio, Le Théâtre-Lyrique : le périmètre des salles d’opéra à Paris sous le Second Empire. — Agathe Sanjuan, Patrimoine des théâtres. — Emmanuel Pedler, Les processus d’institutionnalisation des scènes lyriques : quelques questions sociologiques. — Maud Pouradier, Opéra, Comédie-Française et Opéra-Comique : entre co-répertoires et contre-répertoires. — William Weber, The Opéra and Opéra-Comique in the nineteenth century : tracing the age of repertoire. — Damien Colas, Le petit opéra à l’Académie au xixe siècle : quelques considérations d’ordre terminologique. — Jean-Christophe Branger, Quand on déclame sur la scène de l’Opéra : du Freischütz (1841) de Weber et Berlioz à Bacchus (1909) de Massenet. — Claire Paolacci, Le répertoire de l’Opéra et de l’Opéra-Comique entre 1915 et 1945 : concurrence ou complémentarité ? — Cécile Auzolle, La création lyrique à la RTLN (1936-1972). — Emanuele De Luca, La circulation des acteurs italiens et des genres dramatiques dans la première moitié du XVIIIe siècle. — Françoise Rubellin, Écrire pour tous les théâtres : le cas singulier de Louis Fuzelier. — Françoise Dartois-Lapeyre, Danser à l’Académie royale de musique et à la Comédie-Française au XVIIIe siècle. — Gillian Opstad, Georgette Leblanc, singer, actress, « femme extraordinaire ». — Benjamin Pintiaux, L’abbé Pellegrin et les lieux du chant : esquisse d’une géographie des spectacles lyriques parisiens au XVIIIe siècle. — Jean-Claude Yon, Scribe, « Trois fois chez lui ». — Jacqueline Razgonnikoff, Triple coopé­ration au XXe siècle : quand l’Opéra et l’Opéra-comique font danser et chanter la Comédie-Fran­çaise. — Laura Naudeix, Atys, une production sans traditions. — Michela Niccolai, Albert Carré directeur : de l’Opéra-Comique à la Comédie-Française (1898-1915). — Jérôme Pesqué, Figaro-ci et Figaro-là pour le bicentenaire de la Révolution. — Jean-Louis Martinoty, entretien avec Emmanuelle et Jérôme Pesqué. — Jean-Marie Villégier, entretien avec Emmanuelle et Jérôme Pesqué. — William Christie, entretien avec Jérôme Pesqué.

Pratiques parodiques et motifs spectaculaires : Phaéton à la Comédie-Italienne de Paris au XVIIIe siècle

Communication d’Emanuele De Luca au colloque international

« Parodier l’opéra : pratiques, formes et enjeux »

29, 30, 31 mars 2012

Université de Nantes

 Centre d’études des Théâtres de la Foire et de la Comédie-Italienne

E. De Luca : Pratiques parodiques et motifs spectaculaires : Phaéton à la Comédie-Italienne de Paris au XVIIIe siècle 

Parution du dernier volume de la collection numérique « Les savoirs des acteurs italiens » chez IRPMF

Collection numérique Les savoirs des acteurs italiens

 

Emanuele De Luca, Le Répertoire de la Comédie-Italienne (1716-1762), Paris, IRPMF, 2011

http://www.irpmf.cnrs.fr/IMG/pdf/Repertorio.pdf

Né de la volonté d’offrir un répertoire le plus possible exhaustif de la Comédie-Italienne de Paris et d’une collaboration entre les Universités de Florence, Pise et Paris-Sorbonne, ce travail propose l’enregistrement en ordre chronologique de plus de 900 titres de spectacles montés à l’Hôtel de Bourgogne depuis l’arrivée dans la capitale des comici dell’Arte de la troupe de Luigi Riccoboni (1716), jusqu’au rachat du bail de l’opéra-comique de la part des Italiens (1762).

Chaque notice est accompagnée d’une description de la pièce et d’une partie consacrée aux sources employées et aux commentaires du rédacteur. Le catalogue est précédé par une Introduction historique et méthodologique bilingue, qui permet au lecteur de s’orienter dans ce riche répertoire, et est parachevé par un Index alphabétique des pièces. 

Cet ouvrage est le fruit des recherches réalisées par l’auteur pour sa tesi di Laurea, soutenue à l’Università degli Studi di Firenze sous la direction de M. le Professeur Renzo Guardenti : Emanuele De Luca, «Io Rinasco». Storia e repertorio della nouvelle Comédie Italienne, Tesi di Laurea, Università degli Studi di Firenze, Facoltà di Lettere e Filosofia, a. a. 2006-2007, 2 voll. Il a été élaboré dans le cadre du Doctorat de recherche auprès de l’Università degli Studi di Pisa en cotutelle avec l’Université Paris-Sorbonne, 2009-2011.