Séminaire PRITEPS (15 mai 2012) : La scène et la question du « voir »

Frédérique Aufort et les membres du LPSP  interviendront autour de : La scène et la question du « voir ».

Le LPSP (Laboratoire des Pratiques Scéniques de la Philosophie) a pour objectif de confronter des lectures théoriques à la pratique théâtrale : des séances de travail régulières autour de questions théoriques donnent lieu à des expérimentations scéniques avec des acteurs. En 2011, la première présentation du LPSP dans le cadre du PRITEPS rendait compte des réflexions du groupe suite à une première série d’expérimentations scéniques. Le corpus de textes retenu était extrait des œuvres de Deleuze, Hegel et Platon. Depuis, le groupe a souhaité développer certains des axes qui s’y étaient dessinés. Lors de la séance du 15 mai 2012, les membres du LPSP présenteront les réflexions issues du travail effectué cette année universitaire lors d’un nouveau cycle d’expérimentations.

La scène et la question du « voir » :

Une première phase d’expérimentation, menée par Ismaël Jude, se déroule autour de Différence et répétition de Gilles Deleuze. Faute d’une définition effective de la scène, nous partons d’une idée de ce que la scène n’est pas pour Deleuze. La scène n’est pas un espace où ce qui se passe est de l’ordre de l’apparition. Nous tentons alors de mettre à l’épreuve du plateau la scène deleuzienne comme « champ d’individuation » ou « champ d’immanence », une scène définie par des dynamiques spatio-temporelles, par une « passivité transcendantale » de l’acteur.

Une deuxième phase d’expérimentation, menée par Flore Garcin-Marrou, part de la lecture d’un article de Gilles Deleuze, caressant le rêve d’entendre L’Ethique de Spinoza lue par Alain Cuny. Nous postulons que la scène deleuzienne surgit de la voix-même de l’acteur, une voix jouant sur « l’intensité » du texte, ses rythmiques et ses variations sonores. Le texte devient matière musicale, et la scène, un espace intensif capable de s’affranchir du souci phénoménologique : si la scène se déploie dans le son, qu’en est-il du visuel ?

Une troisième phase d’expérimentation, menée par Frédérique Aufort, cherche à rendre sensible au spectateur l’indistinction problématique entre l’être et le non-être désignée par Platon dans le Sophiste. Afin d’explorer un point précis d’une hypothèse née de nos précédentes expérimentations, l’acte mimétique est cette fois réduit à sa teneur minimale – il naît du simple « faire »  de l’acteur lui-même. Quand cette scène minimaliste entremêle l’être et le non-être, quelle est la nature du « voir » du spectateur ?

Chacune des phases est accompagnée d’un questionnaire établi par Anna Pétrolia : les questions posées visent à mieux cerner les affects des participants lors des différentes expérimentations scéniques. »

18h Bibliothèque Ascoli (escalier C 2ème étage en Sorbonne)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *